SBPMef

La Société Belge des Professeurs de Mathématique d'expression française

Jeudi 29 août 2019

< Mercredi 28 août
8h30Accueil
9h00 à 10h15Christine Oudin 1,2,3
Jouer avec des pentacubes
Bao Dang 2,3
Quand la forme d'un théorème détermine son fond
Jean-Michel Delire 1,2,3,4
Le quotidien des marins (a)
Laurent Fourny 2,3
Créer des séquences d'apprentissage pour adapter le cours de math aux besoins de chaque élève
Yvan Haine et Michelle Solhosse 3,4
L’ivrogne et le Rover ( a )
10h15Pause Café
10h45 à 12h00Bernard Honclaire 2,3
Et si … ?

IREM
Etudiants 2,3,4
TFE-mémoires
Jean-Michel Delire 1,2,3,4
Le quotidien des marins (b)
Yvan Haine et Michelle Solhosse 3
L’ivrogne et le Rover ( b )
12h00Dîner
13h15 à 14h30Isabelle Berlanger et Laure Ninove (GEM) 1,2,3,4
News, critique et bon sens
Jalal Soussi 3,4
Construire un dispositif numérique d’évaluation dans l’environnement MÖBIUS / MAPLE
Thierry Libert 2,3,4
Le calcul des écarts.
Jean-Jacques Quisquater 1,2,3,4
Ethnomathématiques : quelles pratiques et leçons pour notre enseignement
Minas Symeonidis 3,4
Topologie au lycée

1 : enseignement fondamental, 2 : 1re, 2e et 3e du secondaire
3 : 4e, 5e et 6e du secondaire, 4 : enseignement supérieur


Résumés


9h00 à 10h15

Christine Oudin

Jouer avec des pentacubes

Niveau : enseignement fondamental, 1re, 2e et 3e du secondaire, 4e, 5e et 6e du secondaire
Retrouver le plaisir d’enfant en jouant aux cubes avec les « Pentacubes »
Les pentacubes sont, comme leur nom le signale, formés avec cinq cubes identiques reliés par une face au moins.
Il s’agira pour les participants de reconnaitre avec une vue 2D tous les pentacubes, puis de construire d’abord avec un modèle puis avec un plan de construction divers objets.
L’occasion de travailler de manière ludique la vision dans l’espace.
Bao Dang

Quand la forme d'un théorème détermine son fond

Niveau : 1re, 2e et 3e du secondaire, 4e, 5e et 6e du secondaire
La plupart des théorèmes étudiés à l'école sont présentés dans un langage non formalisé. Nous allons voir que plusieurs formulations équivalentes d'un même théorème peuvent cependant sembler affirmer des choses différentes. Nous approfondirons ce phénomène en mobilisant la notion de réciproque, et verrons qu'un même théorème peut admettre plusieurs réciproques non équivalentes, ce qui reflète ses différentes interprétations possibles.
Jean-Michel Delire

Le quotidien des marins (a)

Niveau : enseignement fondamental, 1re, 2e et 3e du secondaire, 4e, 5e et 6e du secondaire, enseignement supérieur
Le roman "L'énigme de la Diane", de Nicolas Grondin, relate les aventures de deux aspirants officiers dans la marine française à la charnière des XVIIe-XVIIIe siècles. On y décrit non seulement leurs activités quotidiennes à bord du bateau et les instruments utilisés, mais aussi les examens que les aspirants préparaient à l'aide du "Bézout". Nous examinerons de près ce livre et les exercices mathématiques qu'il proposait pour tracer sa route en mer, ainsi que les activités qu'il nous a inspirées dans le cadre de l'exposition "Oceania", tenue au Musée du Cinquantenaire.
Laurent Fourny

Créer des séquences d'apprentissage pour adapter le cours de math aux besoins de chaque élève

Niveau : 1re, 2e et 3e du secondaire, 4e, 5e et 6e du secondaire
Au cours de l'atelier les participants apprendront comment créer une séquence d'apprentissage avec l'outil numérique Oscar.
Pour participer activement, les participants prendront leur portable ou tablette
Yvan Haine et Michelle Solhosse

L’ivrogne et le Rover (partie exploratoire et programmation)

Niveau : 4e, 5e et 6e du secondaire, enseignement supérieur
En explorant les possibilités de programmation du TI-Innovator Rover (robot à 2 roues) de Texas Instruments, l’idée est venue d’aborder le problème suivant, dit problème de l’ivrogne.
Un ivrogne se déplace en ligne droite. Comme il est complètement ivre, à chaque pas, il ne sait plus s’il doit avancer ou reculer. Finira-t-il par revenir à son point de départ ? Quelle est la probabilité pour qu’il y arrive en n pas ?
Et s’il se déplace sur un polygone, quelle est l’espérance mathématique du nombre de pas nécessaires pour arriver au sommet opposé ?
L’exposé exposera les programmes utiles aux simulations et se penchera sur les résultats statistiques obtenus.

10h45 à 12h00

Bernard Honclaire

Et si … ?

Niveau : 1re, 2e et 3e du secondaire, 4e, 5e et 6e du secondaire


Et si ... l'usage d'un logiciel de géométrie facilitait l'approche et l'utilisation de certains outils : Thalès, figures semblables, ... ?
Et si ... cette question "Et si ...?" provoquait une approche plus active de situations (au départ élémentaires) ?
Et si ... certaines de ces situations favorisaient l'apparition de nouveaux nombres chez les élèves ?
Et si ... la comparaison d'aires rendait des irrationnels plus naturels ?
Et si ... en multipliant ces approches, la géométrie apparaissait comme une source de curiosités et d'étonnements et non comme une montagne axiomatique ?
Et si ... on organisait progressivement ces outils (devenus familiers par leur usage) dans un cadre axiomatique adapté au niveau des élèves ?
Et si ... cette question "Et si ...?" n'était pas uniquement posée par l'enseignant ?
IREM

Niveau :
Etudiants

TFE-mémoires

Niveau : 1re, 2e et 3e du secondaire, 4e, 5e et 6e du secondaire, enseignement supérieur
Quatre futurs enseignants issus de 4 hautes écoles/universités présenteront leur travail de fin d’étude/mémoire
Jean-Michel Delire

Le quotidien des marins (b)

Niveau : enseignement fondamental, 1re, 2e et 3e du secondaire, 4e, 5e et 6e du secondaire, enseignement supérieur
Yvan Haine et Michelle Solhosse

L’ivrogne et le Rover (partie conceptuelle et probabilités)

Niveau : 4e, 5e et 6e du secondaire
En explorant les possibilités de programmation du TI-Innovator Rover (robot à 2 roues) de Texas Instruments, l’idée est venue d’aborder le problème suivant, dit problème de l’ivrogne.
Un ivrogne se déplace en ligne droite. Comme il est complètement ivre, à chaque pas, il ne sait plus s’il doit avancer ou reculer. Finira-t-il par revenir à son point de départ ? Quelle est la probabilité pour qu’il y arrive en n pas ?
Et s’il se déplace sur un polygone, quelle est l’espérance mathématique du nombre de pas nécessaires pour arriver au sommet opposé ?
L’exposé reprendra les résultats obtenus par les simulations et établira les probabilités rencontrées dans par ces questions.
NB : il n’est pas indispensable d’avoir participé à l’atelier 1 pour participer à celui-ci.

13h15 à 14h30

Isabelle Berlanger et Laure Ninove (GEM)

News, critique et bon sens

Niveau : enseignement fondamental, 1re, 2e et 3e du secondaire, 4e, 5e et 6e du secondaire, enseignement supérieur
Les médias et les réseaux sociaux ainsi que les politiques et les marques nous bombardent d’informations, chiffres à l’appui. Certaines affirmations-chocs peuvent avoir un grand impact sur l’opinion, et les données chiffrées fournies par l’auteur de l’annonce renforcent le sentiment de confiance envers l’information. Comment analyser cette information, la questionner avec un œil critique ? Cela s’apprend. Le cours de maths est un lieu où les élèves peuvent développer une pensée autonome. Nous nous intéresserons à quelques situations concrètes exploitables dans les classes qui montrent comment les mathématiques permettent d’outiller les élèves pour une lecture critique des informations.
Jalal Soussi

Construire un dispositif numérique d’évaluation dans l’environnement MÖBIUS / MAPLE

Niveau : 4e, 5e et 6e du secondaire, enseignement supérieur
Découvrir cet environnement de création du contenu pour construire un cours STEM ( Science Technology Engineering and Mathematics ).
Nous mettrons l’accent sur l’utilisation du potentiel du calcul de MAPLE pour transposer plusieurs champs mathématiques ( Analyse, Algèbre, Algèbre linéaire, Probabilités, Statistiques, Géométrie,..) en séquences évaluables dans MÖBIUS.
Interopérabilité, Mutualisation des ressources, Travail collaboratif , Feedback , Différenciation , Remédiation, seront également explorés au fil de notre exposé.

Thierry Libert

Le calcul des écarts.

Niveau : 1re, 2e et 3e du secondaire, 4e, 5e et 6e du secondaire, enseignement supérieur
Evaluer l’écart entre deux grandeurs numériques d’un type donné peut essentiellement se faire de deux façons, en quantifiant leur différence ou leur quotient. Calculer avec ces écarts, que l’on pourrait qualifier respectivement d’absolus et de relatifs, peut alors se faire en appliquant des règles algébriques bien déterminées. Nous rappellerons ces règles, en prenant soin de mettre en évidence un tronc commun et en expliquant alors en quoi les calculs correspondants différent véritablement, d’un point de vue algébrique. Nous comparerons ensuite notre point de vue avec celui qui est traditionnellement suivi pour la construction des différents ensembles de nombres dans l’enseignement secondaire — l’ensemble des « entiers relatifs » et celui des « fractions », entre autres.
Jean-Jacques Quisquater

Ethnomathématiques : quelles pratiques et leçons pour notre enseignement

Niveau : enseignement fondamental, 1re, 2e et 3e du secondaire, 4e, 5e et 6e du secondaire, enseignement supérieur
il s'agit de prendre deux ou trois exemples en-dehors de l'Europe pour nous plonger dans les fractales, dans la représentation binaire et dans les nombres aléatoires, ce que nous côtoyons au quotidien sans toujours le savoir.
Points de départ :
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5e/Ceiling_Carvings_Jami_Masjid_Champaner.JPG
http://www.lafriquedesidees.org/what-a-digital-world-code-binaire-numeration-africaine/
Minas Symeonidis

Topologie au lycée, la victoire de la théorie des ensembles.

Niveau : 4e, 5e et 6e du secondaire, enseignement supérieur
Nous examinerons sous quelles conditions nous pouvons enseigner la topologie au niveau du lycée.
On commence au secondaire par la théorie des ensembles, avec ses définitions délicates mais aussi simples, qui aboutit aux anciennes théories d'ensembles de points qui obéissent aux lois de la géométrie euclidienne, aux théories des ensembles de points chaotiques.
Là, c'est la topologie qui intervient et qui propose des solutions, en maîtrisant les ensembles de points dans des espaces différents.
Cette même théorie nous permet de plonger dans le monde du hasard.





À venir

La Société Belge des Professeurs de Mathématique est une Association Sans But Lucratif